Trending February 2024 # Comment Mesurer Vos Réseaux Sociaux Sur Google Analytics # Suggested March 2024 # Top 7 Popular

You are reading the article Comment Mesurer Vos Réseaux Sociaux Sur Google Analytics updated in February 2024 on the website Daihoichemgio.com. We hope that the information we have shared is helpful to you. If you find the content interesting and meaningful, please share it with your friends and continue to follow and support us for the latest updates. Suggested March 2024 Comment Mesurer Vos Réseaux Sociaux Sur Google Analytics

Ce guide en 6 étapes du suivi des réseaux sociaux dans Google Analytics vous mettra sur la bonne voie pour démontrer le ROI des médias sociaux

Votre site Web est la pierre angulaire de la présence en ligne de votre entreprise. Aux côtés de votre site Web se trouve une aide précieuse : les réseaux sociaux. Il est important d’intégrer votre présence sur les réseaux sociaux et sur votre site Web afin de diriger continuellement le trafic vers vos ressources en ligne. Après avoir dirigé le trafic des médias sociaux vers votre site, l’étape suivante consiste à mesurer les fruits de votre labeur pour vous améliorer. Comme toujours, c’est à ce stade que Google Analytics s’avère bien pratique.

Google Analytics vous fournit des données pour connaître la provenance des visiteurs de votre site Web, et pour comprendre leur comportement sur votre site. En outre, lorsque vous configurez votre compte Google Analytics pour suivre et mesurer le résultat de vos initiatives digitales, vous avez la possibilité de vérifier le retour sur investissement des médias sociaux pour votre entreprise.

Pour vous aider à débuter, nous avons rédigé ce guide du suivi des médias sociaux dans Google Analytics, en 6 étapes faciles.

# Étape 1 : Établir les objectifs de votre site Web sur les médias sociaux

Avant de commencer à suivre le résultat de vos initiatives digitales dans Google Analytics, il est nécessaire que vous déterminiez des objectifs sur les médias sociaux. Ces objectifs devraient faire partie de votre plan marketing digital  et être alignés sur vos objectifs marketing et commerciaux au sens large. Si votre objectif est d’utiliser les médias sociaux pour augmenter le trafic vers votre site Web, créez des objectifs S.M.A.R.T. qui vous aideront à l’atteindre.

Par exemple : Pour augmenter le trafic vers un site Web de 15 % au deuxième trimestre, 100 tweets par mois seront dédiés à diriger le trafic vers le site.

# Étape 2 : Inscrivez-vous à Google Analytics # Étape 3 : Configurez votre code de suivi Google Analytics

Afin de collecter des données sur le site Web à partir de Google Analytics, il est nécessaire de commencer par configurer votre code de suivi. Les données de suivi de page peuvent être collectées de deux manières : en utilisant Google Tag Manager ou en ajoutant le code de suivi directement dans votre site.

1) Google Tag Manager

Cette approche est recommandée, car l’utilisation de Google Tag Manager simplifie la gestion de balises sur votre site. Il facilite l’ajout d’autres balises à votre site, comme les balises AdWords Conversion Tracking ou de remarketing, ainsi que la configuration du suivi sur Google Analytics. Suivez la procédure présentée dans la vidéo ci-dessous pour configurer Google Tag Manager.

Tutoriel Google Analytics – en anglais

2) Ajout du code de suivi directement dans votre site

Pour ce faire, il est nécessaire de disposer d’un accès au code source de votre site Web et d’être à l’aise avec l’édition HTML.

Pour configurer le code de suivi de votre site Web :

4. Vérifiez votre configuration pour vous assurer que le code qui s’affiche dans Google Analytics est le même que celui présent dans le code source de votre site Web.

# Étape 4 : Configurez Google Analytics Goals

Pour créer des objectifs, appliquez cette procédure de Google Analytics. (en français)

# Étape 5 : Comprendre les rapports d’analyse des médias sociaux

1) Rapport Vue d’ensemble 

Cet Overview (Rapport Vue d’ensemble) vous permet de consulter rapidement le taux de conversion généré par les canaux sociaux. Le graphique de taux généré par les médias sociaux compare le nombre et la valeur monétaire de tous les objectifs atteints aux chiffres atteints grâce aux renvois en provenance des médias sociaux.

2) Référents par réseau

Ce rapport vous propose des indicateurs d’engagement pour mesurer le trafic issu de chaque réseau social. Il vous indiquera quels réseaux sociaux ont généré le meilleur trafic.

3) Activité des hubs de données

4) Pages d’accueil

Ce rapport vous permet de consulter des indicateurs d’engagement pour chaque URL. Vous pouvez savoir quel réseau social a généré du trafic vers chaque URL.

5) Trackbacks

Ce rapport vous permet de savoir quels sites contiennent des liens vers votre contenu et dans quel contexte. Vous pouvez utiliser ces données pour reproduire le contenu qui fonctionne le mieux et développer de bonnes relations avec ceux qui référencent fréquemment votre site.

6) Conversions

Ce rapport permet de véritablement quantifier la valeur des médias sociaux pour votre entreprise. Le rapport Conversions montre le nombre total de conversions et la valeur monétaire des conversions générées par les visites en provenance des réseaux sociaux. Remarque : il est nécessaire de terminer l’étape 4 pour que les données renseignent ce rapport.

7) Extensions

Si votre site contient des boutons pour le partage sur les médias sociaux, il est important de savoir lesquels ont été utilisés et pour quel contenu. Ce rapport fournit les données nécessaires pour savoir quels articles sont les plus couramment partagés et sur quels réseaux sociaux.

8) Flux d’utilisateurs

Les rapports Flux d’utilisateurs indiquent les chemins initiaux suivis par les utilisateurs des réseaux sociaux jusqu’à votre site. Si vous réalisez des campagnes assurant la promotion de produits spécifiques, il vous est possible de savoir si les utilisateurs de chaque réseau social sont entrés sur votre site par une page produit et s’ils ont continué leur visite sur votre site.

# Étape 6 : Faire part des données issues de ces rapports

Maintenant que vous avez toutes les données nécessaires pour démontrer que votre initiatives digitales dirigent le trafic vers votre site Web, synthétisez-les et présentez-les à votre patron, collègue ou associé dans une présentation PowerPoint ou Google Presentation. Prenez soin de n’inclure que les données qui coïncident avec les objectifs déterminés à l’étape 1. Il serait bien d’inclure des graphiques dans votre présentation, et 2 ou 3 phrases expliquant ce qu’ils signifient pour votre entreprise.

Par exemple, si vous souhaitez montrer l’impact des médias sociaux sur le trafic vers votre site Web, vous pouvez créer un graphique qui les compare aux autres canaux (comme le graphique ci-dessous), puis présenter la manière dont les canaux sociaux détenus et organiques dirigent la plupart du trafic vers votre site Web.

Nous espérons que ce guide en 6 étapes du suivi des médias sociaux dans Google Analytics vous mettra sur la bonne voie pour démontrer le ROI des médias sociaux. Souvenez-vous qu’il faut toujours : suivre, mesurer, analyser et améliorer, pour pouvoir constamment améliorer le contenu en ligne de votre entreprise.

Dirigez plus de trafic vers votre site Web avec Hootsuite.

Essayez Hootsuite Pro gratuitement pendant 30 jours !

Augmenter le trafic de mon site Web

You're reading Comment Mesurer Vos Réseaux Sociaux Sur Google Analytics

Gestion De Crise Sur Les Médias Sociaux : Quel Plan D’action?

Une crise sur les médias sociaux peut s’avérer complexe et long à gérer si aucun plan d’action n’a été mis en place au préalable. Quelle stratégie adopter?

Sur les médias sociaux, s’il y a bien une chose qui se répand plus vite que la rumeur d’un nouvel album de Céline Dion, ce sont bien les indignations publiques. En fait, d’après le New York Times, « la colère est l’émotion qui se propage le plus facilement sur les médias sociaux. » Cela signifie qu’un petit problème isolé au niveau local peut vite se transformer en grande crise mondiale, une chose que les marques redoutent.

Comment se préparer à une crise sur les médias sociaux

1. Créer un plan de gestion de crise sur les médias sociaux

Lorsque vous avez un plan de gestion de crise mis en place à travers toute l’entreprise, vous serez en mesure de réagir rapidement et efficacement lorsqu’une crise émerge. Au lieu de perdre du temps à débattre sur la meilleure façon de procéder sur les médias sociaux, vous pourrez réagir et éviter que la crise ne s’envenime.

Décrivez les mesures précises que chaque personne doit prendre sur les médias sociaux pendant une crise : des cadres dirigeants aux employés ayant peu d’années d’expérience. Ajoutez une liste des personnes à contacter à chaque étape d’une crise potentielle et fournissez des règles à respecter par toutes les personnes qui s’expriment sur les médias sociaux.

Votre plan de gestion des crises sur les médias sociaux devrait inclure :

Des directives pour identifier le type et l’ampleur d’une crise

Les rôles et responsabilités de chaque service

Un plan de communication sur l’avancement en interne

Les coordonnées à jour des employés les plus importants

Des processus d’approbation pour les messages publiés sur les médias sociaux

Tous les messages, images ou informations externes pré-approuvés

Une copie de la politique de l’entreprise en matière de médias sociaux

2. Faire des exercices de simulation de crise sur les médias sociaux

Le pire moment pour se rendre compte que vos plans ne marchent pas est en plein milieu d’une vraie crise. Identifiez un type de crise qui pourrait fortement affecter votre entreprise et entraînez-vous à effectuer chaque étape de votre plan. Ainsi, les employés auront une meilleure idée de la durée d’exécution du plan, et vous pourrez identifier tout problème ou faille qui demande d’être révisé.

En plus de créer un plan de gestion de crise sur les médias sociaux et de faire des simulations, assurez-vous que des mesures de protection existent contre ces risques courants de sécurité sur les médias sociaux. Vous pouvez télécharger également notre guide 5 étapes pour sécuriser votre présence sur les médias sociaux pour plus d’informations sur la manière de protéger vos initiatives sur les réseaux sociaux.

Comment identifier une crise potentielle sur les médias sociaux

 1. Écoutez attentivement

En tant que responsable des médias sociaux ou gestionnaire de la communauté, vous avez toujours un œil sur Internet. C’est pourquoi vous serez souvent la première personne de votre entreprise à remarquer l’apparition d’une menace potentielle sur les médias sociaux.

Configurer des flux dans Hootsuite pour surveiller des mots-clés ou hashtags particuliers peut vous aider à rester proactif. Voici huit idées de mots/expressions à surveiller pour protéger votre marque sur les médias sociaux :

Le nom de votre entreprise

Vos produits et/ou marques

La concurrence

Des questions pour le service client

Les influenceurs

Le PDG

Votre porte-parole ou représentant en RP

Des mots-clés liés à votre secteur

2. Identifiez des seuils de crise

Au moment où vous identifiez des problèmes potentiels, vous devrez décider s’ils doivent simplement être surveillés, gérés par des réponses personnelles ou transformés en statut de crise générale. L’une des manières de procéder est de définir des seuils par rapport au volume et à l’opinion des mentions sur les médias sociaux, et de décrire les actions devant être effectuées pour chaque seuil. Ces seuils doivent s’appuyer sur le niveau d’activité normal que votre marque génère sur les médias sociaux, et l’augmentation en termes de volume et de fréquence, qui correspondrait à une crise.

Imaginons que vous êtes le responsable des médias sociaux d’une entreprise de vêtements de sport qui vient de lancer une campagne publicitaire à fort budget. Vous avez défini un flux de recherche dans Hootsuite qui suit le hashtag lié à la campagne, et vous remarquez quelques Tweets négatifs sur l’une des publicités télévisées. Vous examinez les seuils que vous avez définis pour déterminer les étapes à suivre :

Moins de cinq mentions négatives par heure : continuez la surveillance de près. Faites un rapport destiné à la direction en fin de journée.

Plus de cinq mentions négatives par heure : commencez à transférer des messages au gestionnaire des relations publiques dans Hootsuite.

Plus de dix mentions négatives par heure, pendant plus de trois heures consécutives : contactez le directeur marketing sur son portable, et lancez officiellement le plan de gestion de crise.

Comment gérer une crise sur les médias sociaux 

 1. Agissez rapidement

Les médias sociaux sont des portails où les consommateurs peuvent exprimer leur frustration et leur colère, et cela peut rapidement dégénérer en une crise généralisée. Les entreprises doivent être prêtes à suivre, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup.

Dans un webinaire (en anglais) que nous avions organisé sur la façon de gérer les médias sociaux dans une crise de relations publiques, Duncan Gallagher, qui dirige le service de gestion de crise pour la région EMEA chez Edelman, a constaté que 28 % des crises se propagaient au niveau international en moins d’une heure, et qu’il fallait en moyenne 21 heures pour que les entreprises soient en mesure d’émettre des messages significatifs pour se défendre.

Là où nombre d’entreprises s’enlisent pendant une crise, c’est qu’elles ne tirent pas parti du côté instantané et en temps réel des médias sociaux. Les médias sociaux offrent un forum public pour immédiatement reconnaître la situation pendant que vous peaufinez des messages plus approfondis, comme des déclarations officielles, que vous organisez des entretiens avec les médias ou mettez en ligne des informations sur votre site Web. Un simple message de l’entreprise reconnaissant le problème et indiquant au public que davantage d’informations seront bientôt publiées peut aider à limiter les opinions négatives sur le problème et les empêcher de dégénérer.

2. Laissez les gens s’exprimer sans vous quereller

Vous êtes en train d’aborder un problème avec votre conjoint(e) et à chaque fois que vous souhaitez vous exprimer, il/elle ne tient pas compte de ce que vous dites et parle plus fort que vous. Pour vous, c’est sans doute le meilleur moyen de transformer un petit désaccord en conflit qui va s’éterniser toute la nuit.

Lorsque vous êtes prêt à répondre directement aux personnes mécontentes, restez concis et évitez les allers-retours. Après votre réponse initiale, donnez un numéro de téléphone, une adresse e-mail ou un autre mode de communication permettant à la personne de vous joindre hors des médias sociaux. Même si certains resteront insatisfaits (après tout, certaines personnes adorent crier leur mécontentement sur la toile), vous aurez prouvé la transparence et la volonté de l’entreprise de vous exprimer dans un espace public. Comme le dit l’expert en marketing social Jay Baer, « la gestion de crise est un sport spectacle.» Vous faites bonne impression à ceux qui importent le plus.

3. Communiquez en interne

Aussi important soit-il d’envoyer des messages externes à propos de la crise, il est crucial de communiquer en interne avec les employés pour éviter la désinformation et la naissance de rumeurs.

Chacun dans l’entreprise doit savoir ce qu’il peut (et ne peut pas) dire à propos de la crise dans les médias sociaux. Si vous disposez de messages que vous souhaitez diffuser le plus possible sur les médias sociaux, Hootsuite Amplify vous permet de transférer des messages de l’entreprise pré-approuvés à tous les employés, qu’ils peuvent ensuite partager sur leurs propres réseaux sociaux.

Après la tempête… les étapes à suivre

Une fois la crise passée (mais quand tout est encore frais), organisez une session de débriefing avec toutes les parties impliquées. Abordez ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné et mettez à jour votre plan de gestion de crise en conséquence.

Vous trouverez ci-dessous quelques ressources Hootsuite à propos de la sécurité qui peuvent vous aider dans l’anticipation d’une gestion de crise et dans la protection de vos initiatives sur les médias sociaux :

Avec Hootsuite, surveillez ce qui se dit sur votre entreprise dans les médias sociaux, pour réagir aussi vite que possible en cas de crise et pouvoir atténuer la situation.

Essayez notre service gratuitement dès aujourd’hui !

Inscrivez-vous gratuitement

Social Selling : Le Métier Du Commercial Réinventé Par Les Réseaux Sociaux

Comment le métier du commercial aujourd’hui se trouve profondément transformé par le Social Selling et plus généralement les Réseaux Sociaux? Témoignage.

Mercredi 15 novembre, Hootsuite et le Centre Culturel Canadien ont accueilli Koka Sexton, Thought Leader du Social Selling, et Myriam Perrozet de LaPosteBusiness pour un Social Breakfast très inspirant sur le “Social Selling : Mythe ou Réalité” et sur l’évolution de la fonction commerciale.

Cela m’a donné envie de vous partager mon expérience personnelle et mon point de vue sur le métier de commercial à l’ère du Social Selling et des réseaux sociaux.

1. Pourquoi j’aime mon métier

Je suis actuellement Key Account Manager chez Hootsuite. C’est un métier que je pratique dans le digital depuis plus de 15 ans et je dois dire que je n’ai pas vraiment l’impression de l’avoir vu évoluer dans le fond.

Mais sur la forme, quelle transformation fulgurante !

Il y a 10 ans avec Facebook, les régies pubs et les agences média étaient déjà dans une relation Social Selling sans le savoir. On s’ajoutait volontiers en tant que “ Friends”, sans forcément gérer ce que l’on montrait, à qui. Avec de l’insouciance il est vrai, mais aussi de la vérité. Ces “dino du digital” que je côtoie toujours aujourd’hui sont devenus des amis.

D’autres que je croise par hasard ou que je sollicite pour un coup de pouce me donnent l’impression de les connaître personnellement : on a le souvenir d’avoir fait du bon business ensemble ou d’avoir une relation de confiance qui perdure au delà des postes que l’on occupe.

Dans le fond, ce qui est passionnant dans cette fonction c’est de parvenir à créer du lien : apprendre à connaître ses prospects, voir s’il y a un “fit” entre nous, découvrir leurs problématiques actuelles ou leurs enjeux à venir.

En cela, le digital est un vivier tellement formidable de nouvelles solutions, disruptives ou pas, mais qui ont toutes pour but de vous aider à rendre votre organisation et/ou vos campagnes toujours plus performantes.

Être dans le conseil, aider naturellement sans chercher un retour (comme en témoignent les commerciaux de La Poste Business lors du Social Breakfast) que ce soit pour des recos digitales ou des sujets plus personnels (recrutement, recommandations…) font partie des choses que j’aime dans mon métier.

Enfin, ouvrir son réseau à celui que l’on reconnaît comme identique à soi est une pratique qui me semble innée. La question que je me pose est: peut elle s’acquérir ?

2. Devenir un bon social seller

Le cold calling et le cold emailing sont morts, c’est un fait. Disons que le Business Developer d’aujourd’hui a sans doute plus de difficultés que celui d’hier à utiliser ces canaux.

Comment débuter sur le Social Selling ?

1/  Soyez actifs pour être visible

Une marque doit être visible, c’est indéniable. Il en va de même pour votre propre profil social media. Il s’agit de construire sa marque perso, montrer ce que vous faîtes, faire du bruit, partager vos succès, amplifier votre contenu, vos actions et leur impact, quitte à en faire trop. Cela donnera envie aux autres d’être dans votre réseau ou de faire du business avec vous.

Les personnes qui nous inspirent partagent en général leur expérience ou leur propre succès plutôt que des contenus “mainstreams”.

C’est pour cela que CEO et Senior leaders sont vivement encouragés à être actifs sur les réseaux sociaux.

Prenons pour exemple Nathalie Balla, co-PDG de La Redoute. Ses posts sont réguliers : au minimum 1 par jour ! Elle fait rayonner la marque et ses activités comme le lancement de La Redoute for Business. Elle met aussi en avant l’attractivité de la marque employeur pour les candidats ainsi que son implication dans le RSE comme membre de l’Initiative Clause Sociale.

Nouveau: @LaRedouteFr for Business. Lancement de notre activité #BtoB, notre équipe et @mouquet_sophie sont à votre service!

— Nathalie Balla (@Nathalie_Balla) November 16, 2023

Koka recommande quant à lui environ 4/5 posts par jour, quand lui même avoue en faire peut être un peu trop avec 9/10 posts par jour.

— Benjamin Froehlich (@benjamin_frlh) November 15, 2023

Quand il s’agit d’une marque, le chiffre diffère selon son industrie. Par exemple dans les media le rythme est plus soutenu ! Dans l’industrie pharmaceutique ou la finance peut-être un peu moins.

2/ Formez-vous aux particularités des réseaux sociaux

Les comprendre vous permettra de les utiliser au mieux. Soyez innovants, croisez les informations et les données !

(Hootsuite Academy propose une formation à l’utilisation des réseaux sociaux, n’hésitez pas à y jeter un oeil !)

3/ Engagez avec vos prospects

Chez Hootsuite, les commerciaux engagent avec leurs prospects directement à travers la plateforme en construisant des tableaux de bord par thématique (comme par exemple avec des listes de prospects et d’influenceurs sur Twitter et LinkedIn, des suivi de # et de comptes sur les thématiques Social Media, Employee Advocacy, Social Listening, Social Selling, Transfo Digitale…)

Apprendre à connaître votre prospect est une étape cruciale (la 1ère !) avant d’en faire votre client de demain.

Commencez par suivre cette personne

Identifiez ses centres d’intérêts ainsi que les personnes avec qui elle engage..

Attendez quelques semaines pour lui proposer de rentrer en relation sur un sujet qui pourrait l’intéresser.

Comme l’intervention de LaPosteBusiness en témoigne: “Soyez intéressant avant d’être intéressé”

Peut être-même que ce prospect vous contactera directement. Il/elle aura déjà l’impression de vous connaître, vous aussi !

4/ Rédigez vos propres articles !

This is what I’m doing now 🙂 L’ultime présence qui va vous rendre visible !

3. Social Selling : Opportunité d’aujourd’hui

Les médias sociaux, et LinkedIn en particulier, n’ont-ils pas “tué” le métier de Sales?

Après tout, les dirigeants et notamment les CDO /CMO sont déjà harcelés par téléphone ou par mail. Cette sur-sollicitation les rend moins curieux, trop occupés à gérer leur to-do list déjà longue comme le bras.

Un CDO d’une grande enseigne de distribution me le confiait récemment, alors que je l’interpelais autour d’un café networking dans une conférence EBG sur la transformation digitale. Comme je l’aurais fait sur les réseaux sociaux, je lui ai d’abord parlé d’un sujet différent de mon métier : en l’occurrence ma propre expérience consommateur avec une enseigne soeur et nous avons beaucoup échangé, c’était passionnant. Plus tard dans la conversation nous avons abordé la présence de l’enseigne sur les réseaux sociaux et j’ai pu lui parler de mon rôle. Depuis nous sommes en contact sur les médias sociaux et j’ai bon espoir d’aviver sa curiosité par ce canal.

4. Et demain ?

Nous avons tous perdu cet intérêt pour les nouveaux outils de communication. N’est-il pas vrai que l’on se réjouit moins de répondre à cet appel sur notre portable ou de lire des mails sur notre smartphone? En revanche les réseaux sociaux  inspirent toujours autant en capitalisant sur notre côté oisif.

LinkedIn ou Twitter sont devenus des média de masse pour professionnels qu’il faut humaniser au maximum afin que nos relations sur le réseau restent vraies. Est-ce que cela veut dire que les réseaux sociaux plus “fermés” prendront le relai ? Des “gens de confiance” par secteur d’activité ?(comme le fameux site d’annonce Gens de Confiance, “la version BCBG du Bon Coin”, créé par Nicolas Davoust, Ulric Le Grand et Enguerrand Léger) 

On peut également citer le groupe privé Facebook “Mum & Daddygital” construit par le réseau pour le réseau pour retrouver de la proximité (merci Sonia Gagé !) Ou des réseaux pas tant sociaux que cela mais plus humains comme Les Big Boss (créé par Hervé Bloch).

Que pouvons-nous en conclure?

L’arrivée de l’Intelligence Artificielle va certainement venir changer la donne (en automatisant nos tâches de manière prédictive, en produisant des analyses etc.)

Les RPA (Robotic Process Automation) comme UI Path, Blue Prism ou encore Nice promettent de redonner du sens à notre impact dans les sociétés, de changer notre façon de travailler pour déshumaniser les tâches qui peuvent l’être. Est-ce la solution? Il est difficile d’y répondre.

Une chose dont je reste persuadée: l’humain avec le pouvoir du face à face reste la clé de notre métier : les humains achèteront toujours à des humains et chercheront à travers ces relations  à retrouver ce fameux sentiment d’appartenance présent en chacun de nous.

En attendant, ne ratez pas le coche avec les réseaux sociaux: ils constituent une réelle opportunité pour générer des ventes !

Tel est le message que je tenais à vous livrer et que Myriam et Koka ont si bien fait également lors du Social Breakfast.

Remerciements à Koka Sexton, Elisabeth Knights et Clémence de Revel pour m’avoir encouragée à passer le cap de la rédaction.

Our Summary Of Google Analytics Updates 2011

A reminder of the latest changes to Google Analytics for non-specialists

This update page is intended to help anyone who uses Google Analytics, but not day-in day-out! It’s also a reminder for me when giving training courses to highlight what’s new.

I subscribe to the Google Analytics Blog feed to keep up-to-date and other related ones like Webmaster Tools. There are quite a few detailed posts from Google about Analytics that won’t make so much difference to most users and are more for interest of GA specialists working on it all the time.

So in this summary we alert you to what we see as the major changes that every marketer using Google Analytics to review their digital marketing needs to know about – there’s been a lot of them in 2011. Many thanks to the analysts like Dan Barker, Helen Birch and Tim Leighton Boyce who have written tutorials on how to apply these new features which often don’t have any tutorials from Google when they’re introduced.

More guidance on how to deal with “not provided” missing search queries – 24th November update

Another short update on this since it’s going to effect the accuracy of your analysis. There are two posts we recommend:

New analytics search queries update – 11th November update

Importance: [rating=4]

Google giveth with one hand and take away with the others – although many loved the new search queries feature from earlier in October there is a furore amongst SEOs that Google will not be sending natural search query information from logged in users to any analytics package. Although this is estimated to be sub 10% it will make approaches like gap analysis less accurate. Much of the annoyance is based around the queries still being available for paid Adwords users. Bit of a storm in a tea cup or not? Hopefully Google will revert on this decision.

There is discussion across many forums about the impact on smaller sites, but one of the best summaries of the impact on major sites is this from the bigmouthmedia blog. Note this is for Google US at the moment and there is no announcement from Google when it will be rolled out further.

“Not provided” refers to when the individual search keywords can’t be viewed in analytics although they are still registered as natural search visits. It clearly makes techniques like backlink analysis less meaningful although relative differences in phrases are still relevant.

Site flow visualisation feature – 19th October

Importance: [rating=4]

Yet another new feature in the new version of Google Analytics has been announced. It’s a more sophisticated version of the navigation summary. It shows page flow and flow between goals/funnel steps. It’s not rolled out yet, but Dan Barker has said he will do a summary when he explores it once it does:

You can see it enables you to review customer journeys and these can be segmented for more insight.

New analytics search queries update – 4th October

Importance: [rating=4]

Our update by Dan Barker explained how this feature, previously seen in Google Webmaster Tools can help you work out which natural keyphrases and landing pages give the most opportunity to improve natural search.

Google Real Time – 29th September 2011

Importance: [rating=4]

At the same time as GA Premium, a major new feature was also introduced. GA Real Time is a new set of reports showing the source, content used and select keywords for current / active users on the site within the last 30 minutes.

This report opens new opportunities – read this review of 5 applications by Helen Birch.

Premium (paid version) of Google Analytics announced – 29th September 2011

Importance: [rating=2]

The cost of GA Premium (stated at $150K minimum) means that it won’t be relevant for most businesses except corporates looking for support from Google Account managers and improvements to sampling.

Change to reporting of visit length – 11 Aug 2011 – ALERT – may change number of reported visits significantly?

Importance: [rating=4]

On Thursday 11th last week Google Analytics notified a change it described as “a small change in how sessions are calculated in Google Analytics”. They said it should only give changes to visits of around 1%.

We’re alerting this to you in case you see larger changes when reviewing your analytics or differences between GA and other tracking systems.

For the record, the change seems to have been made to accomodate the new multi-channel features (media attribution path to purchase funnels). Since when any traffic source value for the user changes this is counted as a new visit.

The main basis for a session ending i.e. 30 minutes elapsed between page view remains.

You can read the announcement details here.

Launch of Google Analytics social plugin engagement for social media sharing analysis

Importance: [rating=5]

With the launch of Google+ there wasn’t so much attention given to this release which enables you to report on Google+ shares and also Facebook and Twitter using data obtained from their APIs using the social media plugin. This is a big enhancement since the lack of reporting of social media reporting without event tracking was a weakness in Google Analytics.

Read more about social engagement reports and implementation.

The new release also enables you to see the impact of Google+1 within Analytics.

Multichannel funnels rolled out – June 2011

Importance: [rating=5]

A great introduction by Tim Leighton Boyce explains how you can apply this to understand multiple customer touchpoints before conversion. Previously, this has required separate, more sophisticated systems.

New Google Analytics version 5 – Now available to All Users – 20th April 2011

Importance: [rating=5]

To see the new interface just log-on and select “New Version”:

If you get confused by the new report menus checkout this handy Report Finder from Google for the New version.

For an in-depth review of the new capabilities, see our detailed analysis on 10 key features in the Google Analytics Beta from Dan Barker or my recommendations below for organisations using GA on when and how they should switch.

It’s also worth checking the Google Analytics Blog which has a series of posts on the new features, so far covering:

Custom Reports

Dashboards

Events Goals – see my summary on the many options for marketers to use these.

Google Analytics version 5 Beta announced – 17th March 2011

Importance: [rating=5]

I’ll give my first impressions here and review the implications for marketers, but Dan Barker has a detailed analysis on 10 features in the Google Analytics Beta to consider.

Marketing implications – what we think you need to know about the new Google Analytics

1. Should we sign-up for the Beta?

Note that although we signed up we weren’t notified by email – we spotted a “New version” link at the top of Google Analytics, so keep an eye out for that

If you work for a smaller organisation and have many other plates to juggle I recommend you wait until the full release since the software mainly offers usability improvements and it won’t transform your sales

2.  Application workflow. Google’s design team has considered the user journeys and have made some features more prominent to encourage usage – as i’ve been doing in my workshops for Econsultancy:

Google Analytics Intelligence – this is a great feature to save time – read my recommendations on this.

Custom reports – See my presentation – slides 24-7 on the types of custom reports to develop

Advanced Segments – I’m a huge fan of these and rightly these have been made more prominent – if you’re not using these, your really missing out on the opportunity to understand site visitor behaviour and change results.

3. Menu changes for accessing reports. As this screengrab from Dan’s post shows, these are dramatically different. So in a larger company, there is a need for retraining to understand these. The changes do seem logical and simplify, but i have heard some Beta users saying they have reverted to the previous version.

4. Dashboard gadgets and widgets. Apart from the changes to the menus, the second biggest difference is the addition of  widgets and gadgets to help develop custom dashboard widgets. This was a strength of other web analytics tools like Yahoo! Web Analytics, Core metrics  and Omniture. Now this deficiency has been addressed, this makes Google Analytics more suitable for enterprise use. However, the data can’t be filtered I think as it can in the other tools for a specific segment or condition so this remains a limitation.

5. Data / report type changes. You may be wondering whether there are new types of data or reports. There are no new data types I believe, just re-labelling of reports.  The data that is available is the same, although Google have announced separately that they have dropped the connection speed feature.

Currently, there are no Benchmark reports in the Beta. Google have announced separately that they are improving these. It seems there was no time to include them in this version of the Beta, so we will let you know how these change.

6. Guidance on using the reports to improve marketing results. As someone who trains on using Google Analytics reports to get better results, I was interested to see whether this type of guidance would be built in. Well, no changes here, you still have to know the right questions to ask and where to go to find the answers. So I’m pleased there are still opportunities to help through training and consulting.

Overall though it will be much quicker and clearer to identify opportunities and problems, so the new release is a major step forward!

Integration with Google Webmaster Tools- February 7th 2011

Importance: [rating=1]

Marketing implications: This is a small evolution in capability, but I mention it as it shows the trend to integrating different data sources.

Recommended link: Announcement of Google Analytics Google Webmaster Tools Link

How To Track Social Media Campaigns Using Google Analytics

Understanding how GA ‘UTM’ values can give you more insight into your social media marketing

This form of media has now become an integral part of our lives and continues to evolve. A few years ago the emphasis was on B2B companies being active and creating pages on sites such as Facebook, LinkedIn, and Twitter… now the conversation has swung and is moving towards the idea that every marketing campaign must be social.

With every month that passes, there seems to be an endless stream of new channels, terminologies, and the dialogue can be fascinating. But it can be very easy to get caught up with the new innovations and forget about what you’re currently doing. It seems that before you have got to grips with one channel there is another one to topple that, and it requires your undivided attention.

The evolving digital landscape

The latest research on the use of different social networks shows that there is a huge choice of existing social media channels and a stream of new channels. We need to keep an eye on the new options, but this can sometimes get in the way of making social media marketing measurable in a meaningful way. We are too busy ‘doing’ social and trying to figure the best way of using them so measurement can be neglected.

As the digital world keeps expanding (let’s not forget you are dealing with email, website, PPC, SEO, remarketing, and content to name a few) it is very easy to get overloaded and overlook the key reason you attempted social in the first place.

Interestingly the ‘social’ nature of these channels are really useful for engaging prospects and customers (here’s a really interesting infographic summing up the 6 major social channels). Rather than the dodgy reputation that haunts sales departments (‘why are they not listening to me? Maybe it’s end of the month and they need to hit their commission’), social media allows you to build a relationship in an informal, personable, low-pressured way. Sounds like a good thing to do right….?

Measuring social engagement

So you need a way to measure engagement and how this translates to business results on your site.

When we talk to customers we find that most B2B marketers are naturally cynical and fall into one of two camps when it comes to social media marketing:

1. Those not doing it and thinking it is a waste of time and

2. Those doing it and wondering if it is a waste of time.

There’s that niggling feeling that there must be a way to make social media work that just won’t go away. In our experience that uncertainty is born out of a total lack of meaningful measurement.

Social media has a whole range of self-fulfilling metrics that enable those charging for their social media services to justify their own existence. The value of a retweet to the bottom line of your business is quite intangible.

Like any marketing activity, we must be able to track and measure its ROI. What is it delivering to the business in terms of opportunities? You cannot improve what you cannot measure after all.

Introducing how to use Google Analytics UTMs for measuring social media marketing

Do you know what UTMs are and do you use them? If you answer ‘no’ I would suggest you’re missing out since tracking campaigns with them is one of the most underused and undervalued things in digital marketing.

At a practical level UTM parameters are bits of text added to the end of your URL, technically called a query string since they’re separated by a question mark from the web address.

For example, a URL with UTM values from this post taking you to CommuniGator’s GatorSocial page could be tagged as:

It helps you track where your links are coming from but more importantly the actual source and content. Once you have goals setup in Google Analytics you can use them to track all of your links and measure the success of marketing activities, like social media and guest blog posting.

To explain the full details of measuring social media, download our social media measurement whitepaper which will help you get the most out of you social media and make sure you are able to ascertain what value it is providing to your business.

The paper covers the five key areas below – I hope you enjoyed the read and find it useful.

1. Social Profiles: First Impressions Count

2. Audiences: Follow You, Follow Me

3. Content: A Kingsize Challenge

3. Analytics: Meaningful Measurement

4.Conclusion: Managing the Marketing Mix

Image Credit / Copyright: Marcel De Grijs/ 123RF Stock Photo.

Thanks to Simon Moss for sharing his opinions and thoughts in this blog post. Simon Moss is a Chartered Marketer with over eight years’ marketing experience gained primarily in the B2B marketplace. He currently looks after the marketing for CommuniGator and WOW Analytics, a leading digital marketing agency providing email marketing solutions and cutting edge technology that enables you to maximise the value of every visit to your website – identifying and naming prospects visiting corporate websites. You can follow him on LinkedIn or connect on Twitter. For more information on lead scoring and to receive a demonstration and trial, visit the WOW Analytics website or call us on 0844 880 2899.

Form Tracking With Google Analytics (Via WordPress And Gtm)

Tracking form submissions is a crucial aspect of marketing success, as it allows organizations to gather valuable data about their audience and their preferences.

By keeping track of the forms submitted, companies can identify which marketing campaigns are most effective, what kind of content resonates with their target audience, and which channels drive the most conversions.

Additionally, tracking form submissions helps organizations to understand the customer journey – from initial contact to conversion – providing insight into areas for improvement.

While there are seemingly infinite ways to track form submissions on your website, I recommend using Google Tag Manager to do the leg work, so that it’s easier to send the right data to publisher platforms (think Google Analytics, Google Ads, Facebook, and LinkedIn).

Why You Should Use Google Tag Manager

Google Tag Manager is an essential tool for form tracking as it provides a centralized platform for managing tracking tags and marketing code snippets on a website.

By integrating form tracking with Google Tag Manager, both individuals and businesses can easily track form submissions and gather valuable data without having to manually add code to their websites.

This saves time and reduces the risk of errors that can arise from manual implementation.

Additionally, Google Tag Manager provides a user-friendly interface that allows marketers to create, manage, and implement tracking tags without the need for technical skills.

How To Track Form Submissions In Google Tag Manager

Google Tag Manager listens for events on your website, called “triggers,” and runs code snippets with necessary data, called “tags,” when appropriate.

There are a few different triggers that can be used to track forms, including the following, ranked by reliability:

Confirmation Page Views.

Success Message Visibility.

Data Layer Events.

Auto Event Listener.

AJAX Event Listener.

DOM Scraping.

Custom Event Listener.

While all of these triggers work, the one that I’ve seen the most success with is the first: Confirmation Page Views.

Instead of having the form send a signal to Google Tag Manager when someone fills out a form, we can track when a user lands on a confirmation or “thank you” page after filling out that form.

Step 1: Setting Up A Confirmation Page In WordPress

If you’re using WordPress to manage your website content, there are plenty of plugins that you can use to integrate functional and good-looking forms on your website.

My favorite, and the one my agency uses, is Gravity Forms.

If Gravity Forms isn’t for you, there are an endless amount of plugins that can do the job, including WPForms, Ninja Forms, and HubSpot.

Step 2: Setting Up A Trigger In Google Tag Manager

After setting up a confirmation page, the next step is to set up a “trigger” in Google Tag Manager.

Make sure that your trigger is listening for a page view event on only your confirmation page (like the configuration shown below).

Step 3: Setting Up A Tag For Google Analytics 4

After confirming the right data is getting to Google Tag Manager, using a tool like GTM’s native debugger or GTM’s popular Chrome extension, you can start sending that data to marketing and reporting platforms like Google Analytics.

With everyone switching from Universal Analytics to Google Analytics 4 (GA4), we figured this would be the most helpful example to demonstrate how easy form tracking is in GTM.

Just be sure to use the “Google Analytics: GA4 Event” template tag, choose the right GA4 configuration tag (or type in your GA4 property ID directly) and choose the right event name.

In most cases, “generate_lead” will be the best choice, but there are a ton of other native events in GA4 to choose from.

Step 4: Start Seeing Results

Now that Google Tag Manager is collecting data and sending it to Google Analytics 4, you should be able to see that data in your GA4 reports (it might take a day or two to see results if you’re checking in real-time).

If you used the “generate_lead” event described above, page views to the confirmation page will automatically be flagged as a conversion.

If not, you might need to mark the event name as a conversion first.

Conclusion

While the solution above is the most popular and reliable, there are plenty that are well-suited for websites that have more customized forms and website logic.

Be sure to consult a developer if you run into any issues along the way!

More Resources:

Featured Image: G-Stock Studio/Shutterstock

Update the detailed information about Comment Mesurer Vos Réseaux Sociaux Sur Google Analytics on the Daihoichemgio.com website. We hope the article's content will meet your needs, and we will regularly update the information to provide you with the fastest and most accurate information. Have a great day!